Blog.

Conseils d'Ultra – Article paru dans ENDURANCE SEPTEMBRE 2015

 

 




Que fais-tu généralement la dernière semaine précédant la compétition ?
Plusieurs stratégies possibles mais il est de toute façon essentiel d'arriver sur la ligne de départ avec une grosse envie et en pleine possession de ses moyens physiques et mentaux. Une préparation qui vous a laissé sur les rotules et de toute évidence mauvaise.
Pour ma part, soit je coupe vraiment la dernière semaine avec des footings à l'envie et / ou des marches en montagne. Soit dans le cadre d'une course avec des paramètres inhabituelles (terrain technique, chaleur, etc..), je lève le pied à S-2 et en profite pour faire du spécifique la semaine avant.
Ce qui implique et qui n'est pas toujours évident d'être sur le site en avance...

 

 

 

Mentalement, suis-tu une routine avant le départ pour te préparer à l’épreuve ?
Je dirais qu'au même titre que l'on ne prépare pas une épreuve les 2 dernières semaines, il est bon d'être serein les quelques jours qui précèdent la course. J'essaie de rentrer dans ma bulle, le plus tard possible. Car si la semaine avant passe relativement lentement, la veille nous propulse sur la ligne de départ sans que l'on ait pu s'en rendre compte. Je prépare donc mon sac en avance et suis peu ''actif'' à J-1. En général, c'est sieste, Divx et vie au ralenti...Quel comportement suis-tu lors qu’un « coup de moins bien » survient ?
En général, le même que lorsqu'un coup de ''jambes de feu'' arrive, je me dis que cela ne va pas durer...
J'essaie tant bien que mal d'encaisser et en profite pour me concentrer sur des choses basiques : Positivisme et ravitaillement.
En pratique, j'augmente ma ration énergétique et attend que cela se passe. Le ''moins bien'' est normal et fait parti du chemin...

Quand la nuit survient, quelle stratégie suis-tu ?
Je m'arrange pour être accompagné et évite de devoir passer la nuit seul.
Même si ce n'est qu'une présence, on avance plus loin et mieux à deux.
J'essaie également d'amener un MP3 avec moi pour meubler un peu. La nuit dure environ 9h00, alors la bonne stratégie est surtout celle de la gestion des batteries de la frontale...

Au niveau alimentaire, quelle sont les options que tu choisis ?
La question est relativement vaste et dépend réellement de chacun.
Personnellement, je n'ai pas vraiment de stratégie trop fixe. Je prévois une trame mais suis capable de l'adapter en fonction des conditions climatiques et gastriques. Je fais en sorte de ne jamais avoir l'impression d'avancer avec le ventre vide ou en ayant faim. Au minimum un gel ou un apport énergétique toutes les 20' à 30'. Pour la boisson, je suis assez partisan de l'eau additionnée d'un sachet d’électrolytes.

Face aux aléas climatiques (chaleur / pluie/ froid), quelles astuces / trucs donnerais tu aux amateurs ?
Le premier conseil serait dans un premier temps d'être préparé et conscient des conditions que l'on va rencontrer. De telle sorte de ne pas être surpris le jour J par une température ou une météo capricieuse.
En ce qui concerne la pluie ou le froid, il faut absolument éviter de faire la chasse au gramme prés, surtout avec une assistance réduite. Il est possible de pouvoir récupérer un vêtement complémentaire plus adéquat aux conditions difficiles uniquement avec une assistance présente sur place au bon endroit et au bon moment. Si vous optez pour l'auto-gestion, le nerf de la guerre reste du matériel testé en conditions réelle et surtout efficace.

 


Quel conseils donnerais-tu à l’abord du dernier tiers de course ?
Le dernier tiers de course reste le ''money time''. C'est à dire, la partie de votre chemin qui va concrétiser tout votre investissement réalisé en amont de la course et le jour J. Il ne faut pas se voiler la face, ce sera dans la plupart du temps, les kilomètres les plus longs de l'année. C'est là toute la théorie de la relativité en ultra.
Posititiver et penser à la chance de pouvoir accomplir ce challenge et voir le bout de ce chemin. Séquencer au maximum les derniers kilomètres et soyez fier de vous à chaque validation de ces segments. Ne pensez pas trop tôt à la ligne d'arrivée, la cerise est belle mais pas tant que le gateau n'est pas fini...