Blog.

L'ultra c'est comme le vélo, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre...
Tout avait bien commencé...
Une prépa sans encombre, un voyage sans fausse note, pas de blessures à vous dire ''non mais ça va tenir'';-), une logistique parée à toute épreuve. Bref, pas mal de voyants étaient au vert...

 

 

Seulement voilà, en trail et encore plus en ultra, rien n'est écrit... et un des points clefs de la réussite, reste l'expérience. Et de ce côté là, il faut bien reconnaître que je ne me rendais pas au Japon avec un gros capital dans ce domaine...Mais par définition, l'expérience cela se construit et c'est cette orientation que j'ai voulue donner à ma saison 2014 et aux autres... Des belles courses, de la confrontation et des voyages...
Et côté dépaysement, le Japon était de loin une destination de choix. Une culture à part, une hospitalité hors du commun, assurément un pays à redécouvrir.

J'ai abordé cet UTMF, en essayant de me préparer de la meilleure des façons possibles avec les infos que j'avais pu glaner ici et là.
Conscient aussi que le trail est en pleine mutation, j'ai tenté de prendre un peu plus de disponibilité sur mon temps de travail pour me dégager du temps pour m'entraîner. Alors même si les long runs n'ont pas été vraiment conséquents sur ces mois hivernaux de préparation, j'ai essayé de mettre le maximum de chances de mon côté mais je me rends compte aujourd'hui que le temps passé en montagne était loin d'être suffisant pour espérer être vraiment compétitif sur un Ultra de cette densité.

Pour en revenir à la course à proprement parlé...
L'horaire de départ (15h00) rend cette course un peu particulière avec une composante de nuit importante dans la mesure où le soleil se couche à 18h30 et se lève vers 5h00 pour une arrivée prévue vers 9h00.
Mais tout compte fait, la nuit passe vite, mais tout le monde sait que la course pour la gagne commencera réellement au lever du jour...

Un départ aux avant-postes, une allure prudente avec les freins pendant 2h00, puis des difficultés digestives, de gros points faibles dans les passages ultra techniques et pentus, des problèmes pour m'alimenter, des vomissements, une déshydratation, un véritable chemin de croix...
Voilà en quelques mots et expressions mon résumé de cet UTMF2014.
J'ai clairement mal ciblé les attentes de la performance en ultra-trail et encore plus sur un ultra technique. Pas d'auto flagellation pour autant, le staff comme moi sommes suffisamment depuis longtemps dans le milieu pour savoir qu'il y a des hauts et des bas, parfois cela sourit, parfois moins, mais une chose est sûre, c'est que la passion reste intacte.
Mais comme je le dis et le redis : Il n'est pas nécessaire d'être doué pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. La déception a été grande, au moins à la hauteur des ambitions et de l'investissement personnel pour préparer cette épreuve. Je quitte le Japon avec quasiment le même sentiment que lorsque j'ai quitté Millau en 2002 lorsque je me suis lancé dans le trail (certes à moindre échelle). A savoir, ''je me suis planté, mais j'ai des billes pour m'améliorer et un jour cela me sourira''.

L'UTMF a eu pour moi, cette capacité à me remettre en question, à réfléchir sur ma façon de fonctionner, à me surpasser mais aussi à savoir le sens que je souhaitais donner à ma pratique.

Je me suis volontairement donné ces quelques jours de réflexion avant de replonger dans mon calendrier. La saison est maintenant lancée, la neige sur le massif du Sancy ne remplit que les coulées, les crêtes m'attendent...

Crédits photo : Franck Oddoux